• Mais en fait, il va faire quoi, le chirurgien ?

    Après 6 mois d’une longue attente (moi et la patience ça fait 4), me voilà enfin au rendez-vous fixé avec le chirurgien maxillo-facial, le Docteur Lample de Brest.
    Le courant passe bien, il me semble bien (en tout cas j’espère ! Il a bonne réputation, j’ai entendu du bien de lui).
    Je résume l’entretien qui a duré pas loin d’une grosse heure (j’ai apprécié qu’il m’explique tout comme il faut, mais il parle beaucoup !). Il m’a expliqué ce qu’il me faudrait comme opération, m’a examinée, a regardé les photos et radios.
    La mauvaise nouvelle (pour moi, en tout cas) est que selon lui, j’en ai encore pour une année de soins orthodontique. Zut… Encore un an avec des élastiques dans la bouche, les bagues… Je pensais qu’il me restait grand maximum 6 mois de traitement avant l’opération.

    Il faut tout d’abord enlever les trois dents de sagesse qu’il me reste.
    Une, en haut, est sortie, va bien. Mais lorsque l’on opèrera la mâchoire, il faudra l’enlever car par la suite elle n’aura plus d’antagoniste pour l’empêcher de continuer à pousser (même soucis que pour les incisives)
    Les deux autres, dans la mâchoire inférieures, sont incluses et vont bien. Mais la fracture qui sera faite lors de l’opération se fera à l’endroit où sont ces dents de sagesse et donc pour l’opération, il faut qu’elles ne soient plus là et que l’os autour soit bien cicatrisé. Il faut attendre 6 mois entre le moment où on enlève les sagesses et l’opération des mâchoires.
    L’ablation de ces dents, sous anesthésie générale, se fera le 2 décembre.

    J’aimerais expliquer ce que le chirurgien va faire… Des dessins c’est plus facile !

    (Toutes ces images ont été prises sur le site du CHU de Besançon  )

    Tout d’abord l’impaction, qui consiste a remonter la mâchoire du haut, en en retirant un bout (miam). On enlève le « sourire gingival ».

    banner

    L’avancée maxillaire sert à… Avancer (oui oui) la mâchoire du haut vers l’avant.

     banner

    L’avancée mandibulaire permet d’aligner les deux mâchoires correctement, de combler l’overjet (le fameux écart entre les incisives du haut et du bas). On corrige la retrognathie.
    banner

    Et enfin la génioplastie, qui permet d’avancer le menton, pour que les lèvres se ferment naturellement, sans avoir à forcer.

    banner

    Une vidéo pas mal qui explique bien est disponible sur Youtube

    Les vis et plaques, en titane (non, je ne ferai pas bip bip dans les aéroports) sont gardées à vie, sauf si la personne demande à les faire enlever, ou si il y a un problème d’intolérance.

    Vous savez presque tout !

    Je revois le chirurgien lorsqu’il me restera environ 6 mois de traitement orthodontique. Avant l’opération, il faudra faire des tas de mesures, de radios, d’empreintes.

    J’ai rendez-vous avec mon orthodontiste le 16 décembre. Je discuterai avec elle de mon rendez-vous avec le Docteur Lample.


  • On pose les bagues, ouille !

    Le jour J est arrivé, on va poser les bagues sur la mâchoire du haut. Pour le bas ce sera dans 3 semaines, mais la méthode est la même.
    Avec un peu d’appréhension, je m’installe sur son siège. Son assistante pose les différents accessoires permettant de garder la bouche ouverte. Nettoyage des dents avec un léger décapant. Pose de la colle, des bagues… Je vois que c’est très minutieux : il faut en effet que les bagues soient exactement bien collées au centre horizontal et vertical de la dent, si on veut la faire se redresser et s’aligner correctement. On sèche le tout, puis pose de l’arc qu’on fixe sur chaque bague. Première sensation très étrange… Ça a l’air immense dans ma petite bouche ! Ce n’est pas très agréable, c’est… Bizarre.
    L’assistante et l’orthodontiste prennent ma bouche en photos sous plusieurs angles : face et 2 profils. Ca permet par la suite de pouvoir admirer comme ça bouge entre deux rendez-vous.
    Je ressors du cabinet avec un kit brosse à dents / dentifrice / brossette / cire orthodontique, à glisser dans mon sac à main. L’hygiène dentaire est importante habituellement, l’hygiène dentaire avec des bagues l’est encore plus. Le tartre se dépose plus vite autour des bagues, certaines zones sont plus difficiles d’accès. Un vrai régal pour les bactéries.
    J’ai aussi eu une ordonnance pour un anti inflammatoire (qui sera mon meilleur ami…).
    Le soir même, la douleur commence à être présente.
    Dès le lendemain matin, la douleur est très forte. Impossible de croquer, même dans une tranche de brioche… La douleur et la gêne mettront 10 jours environ à partir. J’essaie de prendre le moins possible d’anti inflammatoire mais au début, même avec l’anti inflammatoire je n’arrive pas à croquer…
    Trois semaines après, les dents du bas ont subi le même sort avec la pose des bagues et de l’arc. La gêne et la douleur ont été présentes aussi, mais la douleur a été moins importante que pour le haut. J’en suis maintenant à 5 mois après la pose des bagues.
    Je ne les sens plus à l’intérieur de ma bouche, seules celles sur les dents de devant en haut me gênent, puisque ma lèvre supérieure se pose dessus. J’ai eu en tout 3 arcs différents. Celui que j’ai actuellement en bouche a été très douloureux les premiers jours. L’arc ne coulisse plus dans les bagues, il force les dents à bouger sur 3 dimensions : horizontal, vertical, et profondeur. Vitesse supérieure donc… J’ai aussi depuis 15 jours un élastique de chaque côté de la mâchoire pour forcer tout le bloc des dents de la mâchoire du haut à reculer, afin d’aligner le plus possible, pour la chirurgie. Je dois les garder tout le temps, sauf durant les repas (et situation exceptionnelle). Ma grande spécialité est de les perdre… comme là maintenant, je les ai posées quelque part et je ne sais plus où. J’avais lu l’astuce de les mettre à mon doigt, mais en fait, c’est peut-être tout petit mais ça serre très fort !

    un-elastiqueA chaque RDV chez l’orthodontiste je changerai d’élastique pour en mettre des plus épais, qui tireront plus fort.
    A suivre au prochain rendez-vous avec elle, le 16 décembre.


  • Bilan des examens

    Après avoir fait les moulages, photos, empreintes de mes dents, j’ai eu un rendez-vous pour faire le bilan avec mon orthodontiste. Elle me confirmera que selon les différentes analyses, il en ressort qu’en effet, une opération des mâchoires est préférable. Elle me dit que je dois faire avancer le bas, et peut-être le haut aussi.
    Voilà la céphalométrie qui permet de confirmer.

    cephalometrie

    Les traits en pointillés correspondent à la forme actuelle de mes mâchoires. Les traits pleins correspondent à l’emplacement théorique des mâchoires. On peut voir le grand décalage…

    Ensuite, nous parlons plan d’attaque. Elle me propose des bagues Damon : « transparentes » en haut sur les 6 dents de devant, et tout le reste en métal. Les Damon sont plus intéressantes que d’autres modèles : l’arc métallique glisse dans les bagues, il n’est pas fixe. Cela raccourcit un peu la durée du traitement, et est moins douloureux que l’arc qui est fixé avec une élastique à chaque bague. Ca me va !
    Avec le recul, si j’avais su que les bagues céramiques étaient un peu plus grosses que les métalliques, j’aurais pris tout métal. Mais bon au moins c’est un peu plus discret (au début, parce que malheureusement selon ce que l’on mange, les bagues peuvent se colorer légèrement). Je ressors donc du cabinet avec le nom d’un chirurgien dentiste : Docteur Lample, qui a son cabinet à la clinique de Keraudren, sur Brest. Un appel à sa secrétaire, et le rendez-vous est pris le 14 Octobre, soit dans 6 mois. L’attente sera longue…


  • Première rencontre avec l’orthodontiste

    Au mois de Mars de cette année, je me suis enfin décidée à prendre un rendez-vous chez une orthodontiste.
    J’ai, comme on dit assez souvent (et je déteste ça), des dents de lapin, en avant, ainsi que les autres dents pas très bien alignées. Que ce soit sur la mâchoire du haut ou celle du bas, il y a du boulot !
    J’allais voir l’orthodontiste avec l’idée de devoir porter des bagues durant 2 ans et puis voilà, on n’en parlerait plus j’aurai un beau sourire. Il n’y a pas d’âge pour porter des bagues…
    Me voilà donc à mon rendez-vous avec le Dr Dréan, orthodontiste à Landerneau. Elle m’observe les dents et la mâchoire sous toutes les coutures.
    Son bilan me laisse un peu sans voix… Certes il me faut des bagues bien sûr (On partait sur un traitement de 6 mois au début, mais finalement cela va se rallonger), mais il me faudra surtout une opération afin d’aligner la mâchoire du bas avec celle du haut, et peut-être également remonter la mâchoire du haut.
    Oui, on voit ma gencive quand je souris, oui, ma mâchoire du bas est en arrière, mais pas au point de devoir subir une opération… Je me disais que mon « cas » était plutôt minime, comparé à d’autres…
    Le prochain rendez-vous avec elle consistera en une série de radios, moulages et autres photos de mon visage et de ma bouche ; puis on posera les bagues.

    Puisque j’avais enfin les moyens financiers de le faire, j’allais me lancer dans l’aventure, à 37 ans (et toutes mes dents). Pour celles et ceux qui ne le savent pas encore, l’orthodontie adulte n’est pas remboursée par la sécurité sociale. Il en sera donc de ma poche 840 euros par semestre. J’ai constaté en cherchant un peu sur internet que les prix de mon orthodontiste sont dans la moyenne.
    Pour diverses raisons je n’ai pas choisi de faire plusieurs devis. J’ai un bon feeling avec elle, elle m’explique tout comme il faut, et prend le temps de répondre à mes questions.
    A suivre..